Carnet de route

Haute Route des Pyrénées

Le 12/12/2016 par Argenton Marcel

Samedi 6 Août : La Pierre St Martin - Lescun 

Après les 1150 Km de trajet en voiture fait la veille, nous sommes très motivés pour cette première étape qui s’annonce longue. Le petit déjeuner n’étant pas matinal, il est presque 9h00 quand nous partons. Les automatismes des préparatifs ne sont pas encore en place. Nous démarrons par la station de ski et dans les alpages, pour très vite se retrouver dans un chaos de rochers. Le soleil brille, la température monte vite. Nous apercevons déjà le Pic d’Anie. C’est une belle pyramide qui culmine à 2504 m. Nous avons prudemment décidé de n’en pas faire l’ascension (col des Anies 2030 m à 10h45). Au col le panorama nous laisse admirer les sommets que nous approcherons les jours prochains (le Pic du Midi d’Ossau et le massif du Balaïtous avec son glacier). Les convections sont maintenant bien établies. Nous observons tour à tour un aigle royal et plus loin quelques vautours fauves qui montent dans les thermiques. Certains dans le groupe sont sensibles aux plantes environnantes (iris, oeuillets, chardons, asters, ciboulette, serpolet). 

A Sanchèse, la grande cascade permet les premiers bains. Marie tente l’opération la première, mais l’eau glacée fait mal, malgré la chaleur ambiante. Le bain de pieds est déjà un must. C’est régénérant pour parcourir les 5 kilomètres qui nous séparent encore du village. 

Arrivés à Lescun vers 17h30, c’est la fête, stands en tous genres, musiciens Béarnais dans les rues. Nous chantons avec eux et buvons quelques bières. Le refuge était très confortable et les pizzas de l’épicier faites exprès pour nous, étaient succulentes (sauf les lardons).

Dimanche 7 Août : Lescun - refuge d’Arlet 

Nous commençons à 7h30 par un trajet sur route. la vraie rando démarre donc à 8h50. Nous entrons dans le superbe et gigantesque cirque d’Ansabère surmonté entre-autres des pics de Pétragème et de la grande Aiguille d’Ensabère. Après une pause aux cabanes du même nom, nous bifurquons à gauche pour passer un col qui nous fait basculer en Espagne. En contrebas, un lac nous permet la baignade et même la traversée complète à la nage pour Hélène. La suite du parcours sera longue pour rejoindre le col de Pau, puis le refuge. Quelquefois nous devons progresser hors sentier, dans les pierriers. C’est interminable. Nous avons tous hâte d’arriver. Une famille avec un âne nous demande de l’accompagner après s’être vu barrer la route par un troupeau et ses chiens de garde. Les enfants ont eu peur. Heureusement le troupeau s’est maintenant déplacé. Nous continuons la progression. Les poches à eau sont vides. Au loin, nous apercevons une cabane de berger. Il nous donne de l’eau pour terminer la dernière montée. Un jeune chien patou de quelques mois vient mordre nos sacs à dos. Cette boule de poils joueuse est adorable, mais donne du fil à retordre à sa mère. Cette scène nous remonte le moral pour gravir la dernière côte et arriver au refuge. Nous l’atteignons vers 19h00 sous la chaleur de la fin d’après-midi. Ce sera la rando la plus longue du raid. Ce refuge du Parc National est situé sur un site magnifique au bord d’un grand lac. Ambiance !

Lundi 8 Août : Refuge d’Arlet - Col du Somport

Enfin une étape courte. Elle ne devrait pas nous prendre plus de sept heures, pauses comprises. Seulement 700 m de dénivelées positives pour 1100 négatives. Du coup, on prend le temps de la contemplation, de bains dans les torrents, de dégustation de framboises sauvages et de fromage local de brebis. Notre étape est dans un refuge non gardé non loin du col. Après lavage et séchage de nos petites affaires, nous passons le col pour le ravitaillement à la station Espagnole de Candanchu. Marie nous dit qu’il ne faut pas manquer de déguster à l’apéritif le vin local de moscatel qui n’est autre que du vin doux issu de cépage muscat. Afin d’éviter de cuisiner, nous dinons au restaurant Espagnol du col. Marie nous offre le Moscatel. La soirée commence bien.

Mardi 9 Août : Col du Somport - Refuge de Pombie

Départ matinal à 6H30, à la frontale dans le brouillard pour monter au col des Moines. Au col, le brouillard a disparu et le site nous offre un magnifique panorama. Nous nous y attardons pour suivre du regard un isard et admirer le splendide Pic du Midi d’Ossau. Au lac de Castereau, la pluie s’invite pour 1/4 d’heure. Les vautours ne volent pas aujourd’hui. Ils nous surveillent du haut de la falaise qui surplombe le lac. En contrebas un superbe vallon nous permet une pause avant une très longue montée. A la pause au lac de Peyreget, le soleil revient. Le départ est freiné par une recherche fine de l’itinéraire. La lecture de la carte a raison sur le GPS et nous met dans la bonne direction alors qu’il n’y a pas de sentier. Arrivons au refuge CAF de Pombie vers 15H00. Baignade dans le lac, malgré une température basse maintenue par un vent du nord soutenu. Le refuge est confortable et la cuisine préparée par Karine est succulente. 

 

Mercredi 10 Août : Journée de repos (Pombie-Pombie)

pour la journée de repos, afin de se dégourdir les jambes, je propose l’ascension du Mic du Midi d’Ossau (D+ 800). Le groupe se sépare en deux car il y a des passages obligatoires sur plusieurs cheminées en III vertical. Le reste du groupe part sur un autre sommet.

Jeudi 11 Août - Pombie - Arremoulit

Sérieux parcours de haute montagne au coeur du massif du Balaïtous. Nous quittons le refuge de Pombie avec regret. Il nous faut descendre le vallon sauvage du torrent de Pombie pour arriver au Caillou de Soques sous le col du Pourtalet à travers les estives. La suite du parcours dans le vallon d’Arrious débute par de belles forêts de hêtres centenaires. Plus haut, des troupeaux de vaches et de chevaux paissent paisiblement dans un vallon encaissé. Les animaux sauvages sont présents aussi (isards, marmottes, gypaètes, etc). Casse-croûte au lac d’Arrious sous un soleil de plomb. Le col plus haut nous offre une vue époustouflante sur du cirque d’Arrémoulit. L’arrivée au petit refuge CAF est de toute beauté. Baignade dans le lac puis farniente sur les rochers chauffés par le soleil. Séance de Qi Qong. Après un bon repas, nous nous endormons dans un marabout sur des lits de camp pas très confortables. 

Vendredi 12 Août - Arrémoulit-Wallon

Parcours spectaculaire réalisé principalement en versant Espagnol toujours au-dessus de 2100 m. Ici l’environnement est très différent du versant Français, avec ses pins et ses nombreux lacs. Le vallon des lacs de Respomuso et Campo-Plano est dans un décor magnifique, très ouvert. Nous en profitons pour prendre le bain, piqueniquer et faire la sieste. Plus tard, la montée au col de la Fâche dans la rocaille et les névés en pleine chaleur, est une épreuve, mais tout le monde passe sans aucun incident. Le site du grand refuge CAF du Wallon Marcadeau est grandiose. Il est très arrosé, car à la rencontre de 3 torrents. Nous y arrivons après plus de huit heures de marche.

Samedi 13 Août - Wallon - Baysselance

Cet itinéraire classique passe par la grandiose face Nord du Vignemale. Départ matinal à 7H00. Les 800 m de dénivelée qui nous séparent du col d’Aratille sont avalés d’un bon pas avant que le soleil ne passe par dessus la crête. Nous progressons dans un décor de pins, de grandes dalles rocheuses et de cascades. Arrivés au col à 10H15, un sentier non porté sur la carte, nous fait gagner une heure pour le col des Moines (11H00). Après, la descente sur le refuge des Oulettes de Gaube n’est plus qu’une formalité. Là, une grande plaine s’étend jusqu’à l’imposante face nord du Vignemale. Nous y faisons l’arrêt de midi. Encore un joli refuge CAF, dans un décor minéral impressionnant. Il nous faut maintenant monter à la hourquette d’Ossoue pour enfin apercevoir le refuge CAF de Baysselance que nous atteignons à 15H30. L’accueil y est excellent, le dortoir est confortable et le repas au top. 

Dimanche 14 Août - Journée de repos

La journée de repos est mise à profit pour gravir le Petit Vignemale. A la descente, Hélène et Annie ont décidé de gravir le Pic de la Sède, une arête composée de deux sommets rocheux aériens, assez imposants. Je pars pour aller marcher sur la neige du côté du Vignemale. En effet, je me dis que la matinée avançant, il sera peut-être possible de prendre pied sur le glacier sans crampons. Il est recouvert de neige et elle commence certainement à se transformer. Marie propose de m’accompagner. La voie d’ascension est très fréquentée. Nous formons un duo de choc et le sommet de la Pique Longue (3298 m) ne nous résiste pas longtemps. La descente à la ramasse est rapide. A 13H30 nous sommes de nouveau au refuge. De cet endroit, nous avons le panorama du cirque de Gavarnie, que nous atteindrons demain.

CLUB ALPIN FRANCAIS VESOUL
MAISON DES ASSOCIATIONS
BUREAU N° 11
53 RUE JEAN JAURES
70001  VESOUL CEDEX
Permanences :
Le jeudi de 18h00 A 20h00
Activités du club
Agenda