Carnet de route

Camp d'été

Le 31/08/2019 par Daniel BUFFET

Nous retrouvons la vallée du Vénéon pour la nième fois après 2 camps d'été à Bourg d'Arud (Vénosc) en 1992, 2004, La Bérarde pour 2 deux camps "Jeunes" (j'ai oublié les dates), le camp régional en 2014 et un stage UCPA au début des années 80.
Serge nous a réservé tout une partie du camping, en principe en fin de camp nous devons approcher les 70 personnes.
Arrivé lundi en même temps que Georges l'après midi est consacré à l'installation à proximité du Vitabri.
Mardi : Serge propose une rando en boucle, montée au refuge du Soreiller au pied de la Dibonna, descente par le vallon du Cray soit 1200 mètres de dénivelé (un peu trop pour les genoux de Noa à la descente).
Mercredi montée au refuge de la Pilatte avec comme objectif du lendemain le Gioberney, je pars en fin de matinée tranquillement avec Jean Christophe du CAF Belfort, alors que le reste de la troupe partira en début d'aprem après avoir grimpé à la Grande Rochaille. Au total nous serons 13, refuge sympa, gardiennes accueillantes.
Jeudi, course tranquille, nous tenons les temps du topo, 2 heures pour le col et la demi heure pour le sommet avec une escalade dans du 2 max.
Beau promontoire au dessus du Valgaudemar.
Mais que le retour dans le vallon est long avant d'arriver à La Bérarde !
Vendredi après la rando, l'alpi facile un peu d'escalade à la Tête de la Maye.
Nous sommes 5 cordées pour Pujolidal, ça fait beaucoup, avec Georges et deux autres "Anciens" (Jean Marie et Roland, 72 et 75 ans) nous allons faire Gay Pied, qqs difficultés à trouver le départ, nous sommes seuls à l'attaque.
Georges enchaine la première longueur en 5 b (pas évident, il faut se refamiliariser avec ce rocher), je trouve le 5a bien fin, toutes les cordées se retrouvent au sommet de la voie y compris celles qui sortent de Pujolidal.
Traditionnel apéro, la bière a remplacé les apéros classiques (les temps changent) !
Samedi, notre campement se remplit, le vitabri commence à saturer surtout au niveau des frigos et glacières électriques.
La météo se dégrade, nous partons pour une rando dans le vallon des Etages, à peine arrivés à l'entrée du vallon, l'orage éclate, un énorme rocher surplombant nous servira d'abri pendant l'averse. Il pleuvra toute la nuit.
Dimanche, avec Philippe nous cherchons un site d'escalade propice à la pose de coinceurs. Nous remontons le vallon du Vénéon en direction du Carrelet à la recherche d'une paroi signalée sur le premier topo papier du secteur, rien ne correspond au descriptif.
Au retour, discussion avec le guide de l'office du tourisme qui nous conseille d'aller à St Christophe au-dessus de la Vierge du Collet, paroi de shiste noir, pas une seule fissure, on est descendu pour rien !
Au programme de lundi/mardi l'UF glacier, aux 8 inscrits viennent s'ajouter Claudie et Frédéric, nous serons donc 13 en comptant les initiateurs, les deux "Philppe" et moi. L'objectif initial était d'aller à la pointe de la Pilatte, mais les très grosses chaleurs ont rendu les ponts de neige très dangereux.
Nous sommes obligés de nous rabattre sur le glacier de la Selle.
Lundi, 6 h du mat, départ pour le refuge de la Selle et son glacier. Le glacier est débonnaire mais nous pourrons faire les prévus. Journée harassante à cause de la chaleur, au refuge la "Tourmente"est très appréciée.
Nous perdons deux éléments pour la course du lendemain, pour eux c'est grasse mat', pour nous départ à 3 heures et demie du matin pour le Rateau par la voie normale.
Le topo des "100 plus belles" donne 5 heures avec "un petit couloir neigeux" pour atteindre la brêche, de couloir neigeux il n'est plus question ! La brèche a bien changé depuis notre dernier passage (il y a bien 20 ans), c'est un passage en rocher pourri, au retour nous ferons 3 petits rappels (en 92, une petite main courante de qqs mètres).
Ensuite rocher facile et pente de neige un peu pentue mais agréable à cramponner, avant 10 heures nous atteignons le sommet avec vue plongeante sur le refuge du Promontoire et devant nous la Meije.
Au retour arrêt au refuge pour une nouvelle "Tourmente" bien méritée. Mais que le vallon de la Selle est long à la descente. Malgré tout la fatigue est moins grande que la veille.
Merci aux deux Philippe (Louistisserand et Croissant) pour leur implication dans l'encadrement du groupe.
Retour aux voitures, ouverture des téléphones, mauvaises nouvelles un souci familial m'oblige à interrompre mon séjour au camp d'été.
Mercredi, retour à Vaivre.
J'ai rendu compte de mes activités, il y en a eu bien d'autres, qui continue le récit ?Nous retrouvons la vallée du Vénéon pour la nième fois après 2 camps d'été à Bourg d'Arud (Vénosc) en 1992, 2004, La Bérarde pour 2 deux camps "Jeunes" (j'ai oublié les dates), le camp régional en 2014 et un stage UCPA au début des années 80.
Serge nous a réservé tout une partie du camping, en principe en fin de camp nous devons approcher les 70 personnes.
Arrivé lundi en même temps que Georges l'après midi est consacré à l'installation à proximité du Vitabri.
Mardi : Serge propose une rando en boucle, montée au refuge du Soreiller au pied de la Dibonna, descente par le vallon du Cray soit 1200 mètres de dénivelé (un peu trop pour les genoux de Noa à la descente).
Mercredi montée au refuge de la Pilatte avec comme objectif du lendemain le Gioberney, je pars en fin de matinée tranquillement avec Jean Christophe du CAF Belfort, alors que le reste de la troupe partira en début d'aprem après avoir grimpé à la Grande Rochaille. Au total nous serons 13, refuge sympa, gardiennes accueillantes.
Jeudi, course tranquille, nous tenons les temps du topo, 2 heures pour le col et la demi heure pour le sommet avec une escalade dans du 2 max.
Beau promontoire au dessus du Valgaudemar.
Mais que le retour dans le vallon est long avant d'arriver à La Bérarde !
Vendredi après la rando, l'alpi facile un peu d'escalade à la Tête de la Maye.
Nous sommes 5 cordées pour Pujolidal, ça fait beaucoup, avec Georges et deux autres "Anciens" (Jean Marie et Roland, 72 et 75 ans) nous allons faire Gay Pied, qqs difficultés à trouver le départ, nous sommes seuls à l'attaque.
Georges enchaine la première longueur en 5 b (pas évident, il faut se refamiliariser avec ce rocher), je trouve le 5a bien fin, toutes les cordées se retrouvent au sommet de la voie y compris celles qui sortent de Pujolidal.
Traditionnel apéro, la bière a remplacé les apéros classiques (les temps changent) !
Samedi, notre campement se remplit, le vitabri commence à saturer surtout au niveau des frigos et glacières électriques.
La météo se dégrade, nous partons pour une rando dans le vallon des Etages, à peine arrivés à l'entrée du vallon, l'orage éclate, un énorme rocher surplombant nous servira d'abri pendant l'averse. Il pleuvra toute la nuit.
Dimanche, avec Philippe nous cherchons un site d'escalade propice à la pose de coinceurs. Nous remontons le vallon du Vénéon en direction du Carrelet à la recherche d'une paroi signalée sur le premier topo papier du secteur, rien ne correspond au descriptif.
Au retour, discussion avec le guide de l'office du tourisme qui nous conseille d'aller à St Christophe au-dessus de la Vierge du Collet, paroi de shiste noir, pas une seule fissure, on est descendu pour rien !
Au programme de lundi/mardi l'UF glacier, aux 8 inscrits viennent s'ajouter Claudie et Frédéric, nous serons donc 13 en comptant les initiateurs, les deux "Philppe" et moi. L'objectif initial était d'aller à la pointe de la Pilatte, mais les très grosses chaleurs ont rendu les ponts de neige très dangereux.
Nous sommes obligés de nous rabattre sur le glacier de la Selle.
Lundi, 6 h du mat, départ pour le refuge de la Selle et son glacier. Le glacier est débonnaire mais nous pourrons faire les prévus. Journée harassante à cause de la chaleur, au refuge la "Tourmente"est très appréciée.
Nous perdons deux éléments pour la course du lendemain, pour eux c'est grasse mat', pour nous départ à 3 heures et demie du matin pour le Rateau par la voie normale.
Le topo des "100 plus belles" donne 5 heures avec "un petit couloir neigeux" pour atteindre la brêche, de couloir neigeux il n'est plus question ! La brèche a bien changé depuis notre dernier passage (il y a bien 20 ans), c'est un passage en rocher pourri, au retour nous ferons 3 petits rappels (en 92, une petite main courante de qqs mètres).
Ensuite rocher facile et pente de neige un peu pentue mais agréable à cramponner, avant 10 heures nous atteignons le sommet avec vue plongeante sur le refuge du Promontoire et devant nous la Meije.
Au retour arrêt au refuge pour une nouvelle "Tourmente" bien méritée. Mais que le vallon de la Selle est long à la descente. Malgré tout la fatigue est moins grande que la veille.
Merci aux deux Philippe (Louistisserand et Croissant) pour leur implication dans l'encadrement du groupe.
Retour aux voitures, ouverture des téléphones, mauvaises nouvelles un souci familial m'oblige à interrompre mon séjour au camp d'été.
Mercredi, retour à Vaivre.
J'ai rendu compte de mes activités, il y en a eu bien d'autres, qui continue le récit ?

CLUB ALPIN FRANCAIS VESOUL
MAISON DES ASSOCIATIONS
BUREAU N° 11
53 RUE JEAN JAURES
70001  VESOUL CEDEX
Permanences :
Le jeudi de 18h00 A 20h00
Activités du club
Agenda